Damien Hirst discoount #2

Une fois n’est pas coutume, voici une deuxième version* du  crâne aux diamants, toujours à un prix tout à fait abordable, et toujours furieusement disco !

Damien Hirst n’a qu’à bien se tenir avec For The Love Of God, son crâne en platine serti de diamants à cent millions de dollars. La concurrence est rude.

 

Structure en carton et composée uniquement de formes géométriques simples, recouverte de strass et monté sur une baguette de verre, sous une cloche du même métal.
H : 26.5 cm

*voir ici la première version :
https://eniotnanitram.com/2019/03/25/damien-hirst-discoount/

vendu

 

Damien Hirst discoount

Grand amateur de vanités, vous n’avez pas les moyens de vous offrir For The Love Of God, le crâne en platine serti de diamants de Damien Hirst à cent millions de dollars ? En attendant que vous gagniez au Loto – à moins qu’il ne s’agisse d’une tentative pour lutter contre la spéculation dans le marché de l’art contemporain – voici un crâne aux diamants à un prix tout à fait abordable ! Et en plus celui-ci est furieusement disco !

Ce crâne cubiste est fabriqué en carton et composé uniquement de formes géométriques simples, recouvert de strass et monté sur une baguette de verre, sous une cloche du même métal. H : 26.5 cm

La même structure a servi à créer celui-ci : https://eniotnanitram.com/2016/02/10/crane-a-damier-2/

vendu

La relik en plastik de saint Gling-Gling

saint-glinggling_wp

Un crâne en plastique, de la verroterie, en plastique également, un morceau de dentelle glané aux Puces, le tout dans une caisse de vin et voilà de quoi évoquer les « reliques » exposées dans certaines églises depuis le XVIème siècle.

Au XVIème siècle, des restes humains furent découverts dans des catacombes, aux environs de Rome. Comme ces catacombes dataient des débuts du christianisme, l’église catholique a prestement déclaré que ces restes étaient ceux de premiers chrétiens martyrisés. On leur donna le nom de « saints des catacombes » (saint Valère, saint Auxilius, sainte Bénérose, saint Déodat ou sainte Syphorose, par exemple)  et ils furent envoyés dans le sud de l’Allemagne, en Autriche et en Suisse germanophone, pour remplacer les « véritables » reliques qui avaient été détruites au cours des troubles causés par les guerres de religion. Ces squelettes furent parés d’or, de bijoux et de pierres précieuses avant d’être mis en scène dans les églises.

H : 34 cm ; L : 27 cm